Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rêveuse par nature... Le blog d'une flâneuse du quotidien en quête d'insolite et de poésie.

La Voyageuse sans Ticket

Voyage, voyage !

©Willgard Krause sur pixabay

©Willgard Krause sur pixabay

Vous l'avez sans doute constaté : je me fais rare... C'est que je suis en vacances et comme le temps file à vitesse grand V il m'a fallu faire un choix. Il faut que j'avance dans mon manuscrit en cours et donc j'ai décidé de m'immerger dans l'écriture. La conséquence : un blog en souffrance et une présence sporadique sur le site de l'Oiseau Bleu. Je ne possède pas le don d'ubiquité et ce n'est peut-être pas plus mal car j'aime être à fond dans ce que je fais.

Mais aujourd'hui c'est dimanche, je m'accorde une pause d'écriture et j'en profite pour poster un article à l'ambiance "vacances". Tout au moins dans mon acception très personnelle du terme. Quand j'étais enfant "Vacances" cela voulait dire surtout une chose : encore plus de temps pour lire ! Bref, les délices de Capoue. Et donc dans cet article j'aimerais vous parler des livres que j'ai le plus aimés lorsque j'étais enfant.

En préparant ce post j'ai constaté une chose dont je n'avais pas pris conscience jusqu'à présent, c'est que depuis toujours je lis à contretemps. Enfant déjà je choisissais en fonction de mes goûts et ceux-ci me menaient généralement vers des ouvrages qui avaient, pour la majorité, étaient écrits bien avant que je ne vienne au monde. Au fond je le sentais depuis toujours : je suis une voyageuse temporelle, dans la vie comme en littérature.

Commençons par le commencement. Le tout premier livre que l'on m'a mis entre les mains ce fut Pinnocchio de Carlo Collodi. Une version très simplifiée avec peu de texte et beaucoup d'images puisque je n'avais que 18 mois. Ma mère m'a raconté que je le lisais obstinément à l'envers, c'est-à-dire avec le texte et les images tête en bas, apparemment je m'entraînais déjà à la cryptologie. Je ne savais pas encore lire et pourtant ce livre m'a influencée car je lui ai toujours voué un amour secret.

Vinrent ensuite les contes de fées. Très vite deux histoires se dégagèrent du lot. Si vous avez de jeunes enfants ou petits-enfants vous savez qu'ils ont toujours une ou deux histoires de prédilection dont ils réclament la lecture quasi quotidiennement et gare à vous si vous vous trompez d'un mot ou d'une virgule !

©Esther Merbt sur pixabay

Pour moi il s'agissait premièrement de Rapunzel des frères Grimm. Dans mon livre de contes elle avait conservé son nom allemand (petite parenthèse linguistique : en allemand Rapunzel est l'un des noms de la mâche, salade dont la mère de Rapunzel raffole). Cette histoire de cheveux hyper longs et assez solides pour servir de corde à grimper m'a toujours fascinée sur le plan technique. J'en ai passé des heures à réfléchir là-dessus ! Et puis la fable de ces parents qui cèdent leur enfant à une sorcière pour de la salade me procurait un frisson d'aise à la pensée que les miens n'auraient jamais consenti à un tel échange.

 

©nitli sur pixabay

Mon deuxième conte favori était La Petite Sirène d'Hans Christian Andersen. Moi aussi j'ai toujours eu l'impression qu'il y avait un ailleurs (souvent une autre époque) où des choses plus palpitantes m'attendaient, intérieurement j'étais toujours prête "à partir". Combien je comprenais ce désir d'être "autre" de cette petite sirène et comme j'ai pleuré des larmes amères en constatant qu'elle avait fait le plus grand des sacrifices pour un indifférent incapable de lire dans ses yeux ce que ses lèvres ne pouvaient plus lui dire.

 

Mais venons-en à ma liste secrète des livres que j'ai le plus aimés enfant :

Source: Amazon - Quand Bonne-Maman s'appelait Félicie - Macha Madeleine Billet

 

Je commence avec une mention spéciale pour un livre illustré (magnifiquement !) hérité d'une de mes grand-tantes qui le tenait elle-même de je ne sais trop qui : Quand Bonne-Maman s'appelait Félicie. Un petit trésor de famille qui me fut transmis en raison de mon goût précoce pour la lecture qui impressionnait toute ma parentèle.

L'histoire d'une grand-mère qui fut enfant à l'époque des pantalons de dentelle et des crinolines. N'allez pas pour autant imaginer que toutes les demoiselles d'alors étaient des petites filles modèles ! Cette Félicie tient plus de la Sophie que des Camille et Madeleine de la comtesse de Ségur. Vive, curieuse, indisciplinée, gourmande, elle fait mille bêtises mais sa famille finit toujours par lui pardonner car elle a le cœur sur la main. Ce que j'aimais spécialement, à part le côté feu-follet de Félicie et la drôlerie de ses mésaventures, c'était sa garde-robe, peu pratique certes pour ce garçon manqué en pettycoat, mais tellement plus élégante que les vêtements modernes que mes parents me faisaient porter.  Ce livre s'est manifestement égaré dans un déménagement (ou alors il faudrait que je demande à mon frère s'il n'aurait pas par hasard atterri chez lui...) et je suis inconsolable de cette perte.

Passons maintenant à ma liste à proprement parler :

©Jane - Les Quatre Filles du Dr. March, Louisa May Alcott

 

Clairement en tête de mon palmarès bibliophile arrivent Les Quatre Filles du Docteur March. La première fois que je l'ai lu c'était sous forme de feuilleton dans le magazine auquel m'avait abonnée ma marraine. Je dévorais l'épisode de la semaine et passais les six jours suivants sur des charbons ardents en attendant l'arrivée du prochain numéro. Bien entendu je me suis d'emblée identifiée à Jo. Comme elle je voulais devenir écrivaine. Mon amour pour ce livre ne s'est jamais démenti. Encore aujourd'hui Little Women reste l'un de mes livres préférés.

©Bibliopoche.com - Reste avec nous petite sœur !, Aili Konttinen

 

Reste avec nous petite sœur ! fut probablement le livre le plus bouleversant de toute mon enfance ! Je l'avais emprunté à la bibliothèque de ma classe de CE1. Sa couverture était un peu délabrée, ses pages jaunies, il fleurait bon le passé et portait les marques de générations d'écoliers qui l'avaient lu avant moi. Je regrette infiniment de ne jamais avoir pu me le procurer dans le commerce. C'est un véritable trésor de bibliophile quasiment introuvable de nos jours.

L'histoire se passe juste après la guerre russo-finlandaise (qui eut lieu durant l'hiver 1939-1940 puis se poursuivit de 1941 à 1944 pendant la guerre de continuation).  Petite finlandaise de six ans, Aïno a été recueillie durant le conflit par de riches suédois qui l'ont élevée comme leur propre enfant. Maintenant sa vraie famille voudrait qu'elle revienne. Mais la transition d'un monde où elle était fille unique et choyée à l'univers rude et frugal d'une famille nombreuse de paysans appauvris pas la guerre se révèle difficile. D'autant plus qu'Aïno ne maîtrise pas sa langue maternelle. Pourra-t-elle s'habituer à la ferme familiale et se détacher de ses parents "adoptifs"? Sa mère finlandaise parviendra-t-elle à retrouver sa place dans son cœur ?... Une joyeuse bande de frères et sœurs s'emploie à faire la conquête d'Aïno et à travers les yeux de la jeune héroïne nous découvrons la vie d'un petit village de Finlande ainsi que quelques vérités profondes sur l'amour maternel et filial. Après cette lecture j'avais la tête emplie de forêts et de lacs finlandais et l'amour de ces paysages ne m'a plus jamais quittée.

©Jane - Quatre filles sur un mur, Renée Manière

 

Apparemment la thématique des quatre filles elle aussi ne m'a plus lâchée. Une cousine de mon père m'a fait un jour cadeau de ce vieux livre (il a dû paraître dans les années 50) dont la lecture a été un enchantement. Quatre filles sur un mur de Renée Manière est un vrai roman de vacances : quatre sœurs aux caractères très différents viennent passer les grandes vacances (à cette époque celles-ci duraient trois mois !) chez leur grand-mère à la campagne. En attendant que leur cousin ne les rejoigne, elles découvrent de l'autre côté du mur, au lieu de la jungle qu'elles connaissaient jusque là, un jardin et un castel bien entretenus par leur nouveau propriétaire. Un jour elles entendent des cris et très vite elles se doutent qu'un mystère se trame autour d'une enfant malade confiée à la garde de serviteurs asiatiques au visage impassible. Leur imagination et l'esprit chevaleresque de leur cousin aidant les quatre filles se donneront pour mission de sauver la petite séquestrée.
En plus du suspense ce roman est, de la première à la dernière page, emprunt de beauté et de poésie, sans parler de la leçon de vie que l'auteure offre au passage à ses jeunes lecteurs. Une très belle "manière" de comprendre qu'il ne faut jamais se fier aux seules apparences et que la plus cruelle des maladies est bien celle que s'inflige à soi-même un cœur qui se ferme au monde extérieur.

©Fnac - Le Club des 5, Enyd Blyton

Bien sûr j'ai également été fan des livres d'Enid Blyton, à commencer par Le Club des Cinq (The Famous Five), mais aussi la série des Mystères dans la série Cinq détectives. J'ai été une lectrice assidue de la Bibliothèque rose puis de la Bibliothèque verte : Fantômette, Le Clan des Sept, Alice ... Il y avait de quoi faire. Et puis quelques livres d'auteurs plus classiques aussi : J'ai dévoré Sans famille d'Hector Malot, Ivanhoe de Walter Scott, ainsi que Le Comte de Monte Cristo ou les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas.

©Jane - Le Livre d'un Été, Tove Jansson

 

Mais il faut surtout que je vous parle du Livre d'un été de Tove Jansson parce que c'est l'un des plus beaux livres que j'ai lus de toute ma vie. Je l'ai lu, relu, re-relu et je le relis encore à l'occasion. J'en possède d'ailleurs également une édition en langue originale suédoise. Là encore il s'agit d'une merveilleuse histoire de vacances. Sophie, une petite citadine, passe chaque été sur une île du golfe de Finlande en compagnie de sa grand-mère. Ce roman poétique et profond nous narre les aventures d'une enfant curieuse de tout et d'une grand-mère enthousiaste et espiègle qui fume comme une cheminée et aime les randonnées en forêt, les bains de soleil et les longues siestes paresseuses à l'ombre des arbres. On y prend de merveilleuses leçons de choses (les mystères de la mer, des minéraux, des plantes, des bêtes et des gens) mais aussi d'amitié et d'art de vivre aux côtés de deux figures féminines situées aux deux extrémités de la vie.

Ce récit a été et continue d'être pour moi un perpétuel enchantement. C'est à lui que je dois mon amour de la littérature nordique. Je n'aurais pu rêver meilleure introduction à cet imaginaire scandinave toujours à mi chemin entre rêve et réalité. Une véritable pépite pour lecteurs de tous âges.

©culture-okaz.com, L'expédition du Kon-Tiki, Thor Heyerdahl

 

Et puis un jour Thor Heyerdahl et ses rêves fous d'aventure sont entrés dans ma vie et l'ont marquée de manière indélébile. Décidément j'avais une histoire d'amour littéraire à vivre avec les auteurs scandinaves. D'ailleurs encore aujourd'hui mes lectures favorites sont soit anglaises, soit nordiques. Souvenirs de vies antérieures ?

Ce récit autobiographique se lit comme un roman d'aventure. La folle équipée de six hommes sur un radeau en troncs de balsa depuis le Pérou jusqu'en Polynésie afin de prouver que le peuplement des archipels polynésiens s'est effectué à partir de l'Amérique latine. Une traversée de 8.000 kilomètres contre vents et marées. Si vous avez envie de sentir le vent de l'aventure siffler à vos oreilles, embarquez sur le Kon-Tiki. Vous ne regretterez pas le voyage !  Depuis toute petite je porte à la mer un amour incommensurable et indéfectible. Ce livre m'a en plus donné l'envie de faire le tour du monde à la voile et, si je n'étais pas tombée gravement malade à vingt ans, peut-être bien que moi aussi j'aurais un jour suivi l'appel du large...

Source : http://leblogdedk.over-blog.com - Destination Uruapan, Philippe Ebly
Source : http://leblogdedk.over-blog.com - Celui qui revenait de loin, Philippe Ebly

 

Source : http://leblogdedk.over-blog.com - L'éclair qui effaçait tout, Philippe Ebly

 

Je ne peux terminer sans vous parler des livres de Philippe Ebly, tout particulièrement de sa série Les Conquérants de l'impossible, qui ont éveillé en moi cette envie d'explorer d'autres époques que celle dans laquelle je suis née et, il faut bien l'avouer, où je ne me suis jamais sentie chez moi (mes goûts littéraires et cinématographiques m'en sont témoins !).

Serge, Xolotl, Thibaut et leurs amis Marc et Raoul m'ont entraînée à leur suite dans des aventures pleines de dépaysement. Destination Uruapan m'a fait visiter le Mexique et découvrir la culture des indiens Nahua à laquelle Xolotl appartient. C'est avec ce livre que j'ai appris mes premières phrases d'espagnol, dont une particulièrement m'est restée depuis en mémoire : "En una finca si el capataz es un buen hombre." (A la question de Serge : "Où pourrions-nous trouver du travail ?" Xolotl répond : "Dans une ferme agricole si le contre-maître est un homme bon."). Je n'en ai pas appris l'espagnol pour autant et je ne pense pas avoir jamais l'occasion de recaser ça dans une conversation, mais sait-on jamais ? 😂

Ces romans pour la jeunesse, mâtinés de SF, et notamment Celui qui revenait de loin et L'éclair qui effaçait tout, qui eux nous font voyager dans des époques reculées (le Moyen-Âge avec le siège de Châlus par Richard Cœur de Lion pour le premier et la Rome antique pour le suivant) ont éveillé ma curiosité pour tout ce qui a rapport au temps : voyages, paradoxes, boucles temporel.s.les et autres phénomènes du même genre. C'est depuis l'un de mes thèmes favoris en littérature ou au cinéma, je me constitue d'ailleurs peu à peu une bibliothèque digne de la voyageuse temporelle que je suis.

Ce tour d'horizon de mes lectures de jeunesse est terminé. Et vous, quel était votre livre préféré lorsque vous étiez enfant ? Aviez-vous aussi des goûts sans rapport aucun avec votre époque ? Je serais curieuse et ravie de découvrir vos pépites personnelles !

 

Haut de page

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pierrette Richard 09/08/2021 20:00

Coucou,
Merci pour cet article, que de souvenirs...
Pendant le confinement, j'ai eu envie de m'évader et ai relu certains classiques de la littérature dite "enfantine" comme Belle et Sébastien.Tom Sawyer..
Rémi sans famille attend que je le relise, mais comme je n'aime pas les histoires tristes...
J'ai beaucoup lu les "Alice", "Club des 5", les contes de Marcel Aymé, les "CLaudine" de Colette, les "Jules Verne"...Je suis une maritime et j'adore les récits de voyage ou initiatiques...
As-tu lu la petite maison dans la prairie, la vraie histoire en plusieurs tomes? J'ai adoré aussi, je les ai relus à l'âge adulte et l'histoire n'a pas eu le même impact, que leurs vies étaient dures!
Et pour finir, mon livre préféré que tu reconnaitras peut-être à cette citation "Cela est une autre histoire qui sera contée une autre fois"...

Jane 10/08/2021 14:46

Bonjour Pierrette ! C'est vrai que "Sans famille" c'est triste. J'en ai versé des larmes à sa lecture ! (je suis bon public, je pleure quand c'est triste et ris aux éclats quand c'est drôle). Je n'ai jamais lu "La petite maison dans la prairie" par contre. Et je n'ai pas reconnu ton livre préféré à cette citation... mais Google me dit qu'elle est tirée de l'Histoire dans fin de Michael Ende. ;) Je ne l'ai jamais lu non plus mais cela me rappelle que j'avais dévoré "Momo" (j'ai une passion pour tout ce qui touche au Temps, paradoxe temporel, voyages dans le temps, réflexions sur le temps humain etc.) Si tu aimes les aventures maritimes je te recommande particulièrement "Kon Tiki" en plus c'est une histoire vraie ! J'ai trouvé cela palpitant et l'ai lu d'une traite à l'époque. J'ajoute "La petite maison dans la prairie" à ma liste de lectures futures. Merci !